Articles tagués fin du monde

Une semaine en enfer

 

 

 

Le vendredi 11 mars 2011, le Japon a vécu une véritable tragédie! Ce drame a commencé par un tremblement de terre de magnitude 9 sur l’échelle de Richter. Ce tremblement de terre a émis de violentes secousses, dévastatrices dans le nord-est du Japon. Quelques minutes après le séisme, les sirènes retentissent. C’est un signal au Japon pour avertir la population de l’approche imminente d’un tsunami. Malheureusement, malgré l’avertissement donné par l’Agence météorologique japonaise tout le monde n’a pas eu le temps de se réfugier sur le toit de sa maison, le signal a été donné tardivement. En peu de temps, le raz de marée de plus de dix mètres de haut allant à une centaine de kilomètres à l’heure exterminait tout sur son passage. En somme, le tsunami a causé des dégâts considérables le long de la côte nord-est du Japon. Les préfectures de Miyagi et de Fukushima ont été principalement touchées. Privant dans la soirée des habitants d’électricité et laissant des milliers de disparus. Ce n’est pas tout… Car le tsunami a engendré un problème dans la centrale nucléaire. Causé en partie par la hauteur et la force des vagues du raz de marée.

Le lendemain, samedi 12 mars, on constate que tout est sens dessus de sous. Le tsunami a détruit une grande majorité de maisons laissant ainsi des familles sans abri, détruisant des routes, des chemins de fer, etc.
Ce n’est pas tout, l’agence de Kyodo exige l’évacuation des habitants vivants proches de la centrale de Fukushima. Parce qu’un problème est survenu au réacteur 1 de la centrale. Proche du réacteur 1, on constate du bruit et de la fumée blanche. Par conséquent, le réacteur 1 sera mis en examen.

Le dimanche 13 mars, l’Agence japonaise de sécurité nucléaire classe l’accident de Fukushima au niveau 4 sur l’échelle internationale des événements nucléaires. À cause du tsunami survenu plus tôt, on ne peut pas actionner les génératrices qui sont hors d’usage. Car, elles auraient pu maintenir le refroidissement dans la centrale.
Le premier ministre Naoto Kan s’exprime à la télévision. Il relate des faits antérieurs qui se sont produits au Japon lors de la Seconde Guerre mondiale telle que : Hiroshima, Nagasaki et des bombes au phosphore rasant Tokyo. Et depuis ces événements, celui-ci et très critique. À la suite de ses mots, Kan inquiet toute la population.

Lundi 14 mars, le président de Tepco exprime ses excuses publiquement. Qui s’en suit d’une autre explosion du réacteur 3.
Quelques employés se dévouent à risquer leur vie afin d’empêcher une autre explosion nucléaire.
En fin d’après-midi, l’inquiétude monte. Parce qu’on constate un niveau très élevé de la radioactivité. De plus, certains magasins manquent de produits.

Mardi 15 mars, le ministre Naoto Kan est furieux parce qu’on ne le prévient pas à temps de ce qui se passe.
Puis le maire de Tokyo, Shintaro Ishihara fait ses recommandations auprès des citoyens.

Mercredi 16 mars, inquiète

Jeudi 17 mars,

Vendredi 18 mars, enfin depuis quasiment une semaine, la situation vient de se stabiliser.  Des camions-citernes sont sur place, toute la journée, afin d’asperger les réacteurs pour les refroidir.

Pour conclure, le Japon a vécu une semaine effrayante. Vous souvenez-vous des tremblements de terre survenus en Haïti le 12 janvier 2010 et cette année voilà que c’est au tour du Japon avec un séisme et un tsunami.
Avec ces événements qui se sont succédés ne croyez- vous pas que la fin du monde est imminent…

Source: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201103/18/01-4381034-japon-une-semaine-en-enfer.php

Delphine Wambo, Administratrice

Source:

Publicités

, , ,

Poster un commentaire